Précédent

Dadaocheng, un fascinant quartier aux multiples identités

En parcourant les ruelles de l’ancien quartier de Dadaocheng dans la ville de Taipei, vous découvrirez un riche mélange d’Orient et d’Occident, 

d’histoire et d’avenir, de tradition et de modernité. En son cœur se trouve la rue étroite Dihua, bordée de boutiques magnifiquement restaurées, occupées par des entreprises établies de longue date et d’autres plus culturelles et créatives récemment ouvertes.

La rue Dihua de la ville de Taipei est le genre d’endroit où il semble parfaitement normal de passer devant un salon de thé de style anglais qui sert du thé taïwanais. Le tout dans un bâtiment centenaire qui abritait autrefois la première pharmacie de style occidental de Taïwan : A.S. Watson et Compagnie.

Avec ses magasins traditionnels vendant des produits séchés et des herbes médicinales, aux côtés de cafés chics et de mini-galeries d’art dans le sud du Fujian, ses édifices baroques et ses premiers bâtiments modernistes, les nombreuses identités de la rue offrent une journée complète d’exploration et de shopping. Ne sous-estimez ses 800 mètres de long – les bâtiments sont étroits mais profonds, abritant souvent une cour qui les divise en deux parties.

Tout sur le thé

Commencez la journée par un petit-déjeuner au salon de thé ASW qui conserve le nom de la pharmacie originale. En 1917, Taiwan était gouverné par les Japonais, qui utilisaient souvent le renouveau baroque et d’autres éléments architecturaux occidentaux dans la conception des bâtiments. Les fenêtres extérieures et les fenêtres à ossature de bois gris moderniste témoignent de cet héritage. Son aspect n’est pas complètement étranger – les décorations de style asiatique ornent également la façade.

La rue Dihua a pris de l’importance à la fin du XIXe siècle en tant que principale voie de communication commerciale dans la zone portuaire de Dadaocheng, l’une des principales industries exportatrices de thé. De nombreux hommes d’affaires ont fait fortune ici, y compris Lee Chun-chi, qui a ouvert A.S. Watson & Co. drugstore. La pharmacie Watson & Co. est une franchise de la société mère basée à Hong Kong.

Il y avait autrefois une importante population occidentale à Dadaocheng – des sources historiques montrent qu’il y avait cinq sociétés de commerce britanniques en 1872. Le menu de l’ASW Tea House reflète cet héritage avec des plats occidentaux classiques comme les scones, les madeleines et la pâte de fruit. Ne vous attendez pas à les tremper dans du thé Earl Grey. À l’exception du Ceylan BOP, mélange de feuilles du Sri Lanka et de Taiwan, chaque option du menu est cultivée localement. Il en va de même pour la plupart des ingrédients utilisés dans les plats – y compris l’ananas séché dans les scones, le jus de fruit dans la pâte de fruit, le sésame noir dans les madeleines. Quelques sélections de sandwichs contiennent des ingrédients provenant directement des boutiques de la rue Dihua, comme une version pommes, fromage et huile d’olive avec des œufs de mulets de Li Ly Sun, un magasin de fruits de mer et de produits secs.

«Notre peau est occidentale, mais nos os sont taïwanais», déclare le copropriétaire de la maison de thé Su Yi-han. «Notre concept s’aligne sur les influences historiques de ce bâtiment et de cette zone. C’était un endroit où l’Est et l’Ouest se combinaient. »

Même si les jours de gloire de Dadaocheng étaient très enracinés dans le thé, dit Su, la culture de s’asseoir et de déguster une tasse de thé se perd pour le café, en particulier chez les jeunes.

«Le thé à feuilles taïwanais peut être trempé plusieurs fois, il a un arrière-goût sucré et n’est ni amer ni astringent. Cependant nous avons emballé dans des achets les thés locaux, à la manière d’un salon anglais, afin d’attirer plus de jeunes », explique Su.

ASW Tea House

Adresse : 2F, No. 34, Sec. 1, Dihua St., Datong Dist., Taipei City

Pour en savoir plus sur le commerce de thé à Dadaocheng, allez du salon de thé au musée du thé Sin Hong Choon sur Minsheng West Road, dans un bâtiment q

ui abritait autrefois le plus grand atelier de traitement du thé de la région. Construit en 1934, le bâtiment présente des éléments de design taïwanais et occidentaux, avec des escaliers en terrazzo et des murs en briques rouges. L’intérieur souligne un design pittoresque qui a été le décor de la série télévisée taïwanaise La Grande Chaumière Violette de 2016, qui raconte l’histoire d’un fils d’un riche marchand de thé.

Les propriétaires d’origine, la famille Wang, ont déménagé à Taiwan de la Chine continentale dans les années 1910. Le bâtiment était leur base pour l’exportation de thé vers l’Asie du Sud-Est. Le musée offre un aperçu fascinant du commerce du thé à cette époque et les visiteurs peuvent voir de vieilles machines ainsi que les pièces de vie de la famille.

Sin Hong Choon

Adresse : No. 309, Minsheng W. Rd., Datong Dist., Taipei City

 

Les nombreux visages de la nostalgie

Ceux qui aiment les éléments de design vintage américains et industriels peuvent visiter A Design & Life Project, situé à Nanjing West Road. Notez que tous les articles ne sont pas des antiquités – bon nombre des anciens produits présentés sont de nouveaux modèles créés par le magasin. Ce concept s’inscrit dans la nouvelle philosophie de Dadaocheng consistant à installer des entreprises modernes dans des bâtiments anciens.

Les grandes fortunes de la rue Dihua et de Dadaocheng ont commencé à disparaître dans les années 1970 lorsque le centre commercial de Taipei s’est déplacé vers l’est. Un plan gouvernemental mis au point à la fin des années 1970 pour élargir la rue Dihua a été abandonné en 1988, malgré les protestations de préservation du patrimoine. Cependant, la création du marché du Nouvel An en 1996 a attiré l’attention du public. Un plan de patrimoine et de rénovation de Dadaocheng a été finalisé en 1998, et les entrepreneurs créatifs ont réimaginé les structures des anciens bâtiments.

A Design & Life Project

Adresse : No. 279, Nanjing W. Rd., Datong Dist., Taipei City

Pour une autre dose typiquement locale, rendez-vous sur Earthing Way, qui présente des «aramono» d’artisans locaux. Aramono est un terme japonais qui désigne des outils et des ustensiles simples le plus souvent fabriqués à partir de matériaux naturels, tels que des paniers en bambou, des cuillères en bois et des bols en céramique.

Earthing Way

Adresse : No. 34, Minle St., Datong Dist., Taipei City

Bien que museum207 soit situé dans une structure relativement nouvelle construite en 1962, au coin de la rue Dihua et d’une charmante ruelle, il conserve encore un air vintage avec sa façade en fausses briques et son bois rouge sombre. Les expositions se concentrent sur les traditions taïwanaises telles que l’art du revêtement de sol en terrazzo et l’exposition actuelle présente l’art des cadeaux taïwanais, accompagnés d’enveloppes de chance rouges. L’espace le plus agréable de ce musée est peut-être le toit, d’où vous pourrez admirer un panorama époustouflant sur le quartier et au-delà.

Museum207

Adresse : No. 207, Sec. 1, Dihua St., Datong Dist. Taipei City

À ce jour, nous avons célébré les jours de gloire de Taipei dans la rue Dihua et Dadaocheng. Cependant, les moments les plus sombres de l’histoire locale ne doivent pas être oubliés. Dirigé par la Fondation de sauvetage des femmes de Taipei, le Musée Ama a été inauguré en décembre 2016 pour raconter l’histoire des quelques 2 000 femmes taïwanaises incarcérées par l’armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Bien que la fondation ait travaillé en étroite collaboration avec les survivants depuis le début des années 90, elle n’a été en mesure d’en retrouver que 59.

Il y a même un café où des séances de soutien pour les victimes de violence domestique sont organisées. L’espace d’exposition commence par un couloir qui mène à la partie arrière du bâtiment, où le visiteur découvre les visages souriants de femmes participant à diverses activités malgré leur vieillesse.

«Tout le monde entend parler de ces femmes et pense immédiatement à la guerre et à la violence sexuelle; mais ce n’était qu’une période limitée dans la vie de ces femmes », déclare Cheng Ching-chin, responsable de l’exposition et de l’éducation. «Elles ont également fait face à une discrimination à vie une fois rentrées chez elles. Nous voulons montrer la résilience de ces femmes âgées en tant que survivantes»

Alors que le musée ne craint pas d’exposer l’horreur des temps de guerre, et la bataille en cours visant à obtenir l’admission officielle des actes répréhensibles par les Japonais, sa mission est symbolisée par une longue et sinueuse main courante. Cheng: «Nous voulons que tout le monde puisse soutenir les femmes – marcher avec elles tout en apprenant leur histoire».

Ama Museum

Adresse : No. 256, Sec. 1, Dihua St., Datong Dist., Taipei City

 

Le riz : l’activité principale

Alors que de nombreux propriétaires de magasins originaux ont déménagé, Yehjinfa Rice Mill appartient toujours à la famille Yeh, même s’ils ont cessé de faire des affaires pendant de nombreuses années. En 2016, l’entreprise a été rouverte en tant que boutique de riz / épicerie / magasin d’articles d’usage quotidien avec un intérieur en bois. Le design épuré et non intrusif est complètement détaché de la structure principale, qui reste en grande partie telle qu’elle était à l’époque.

« Le riz est toujours le protagoniste ici« , explique Candice Chang, associée en marketing et communication. «Mais comme les habitudes d’achat des gens ont changé, nous avons également ajouté des denrées alimentaires et d’autres articles qui incitent les gens à penser à manger du riz

La sélection du riz a été étendue à 10 grains taïwanais, y compris pour le riz gluant rouge et le riz noir provenant directement d’un village indigène, ainsi que le populaire Taiken No. 9 Premium. Étant donné que les gens ne cuisinent pas en grande quantité, le riz est vendu en petits paquets pour préserver la fraîcheur.

Les autres produits alimentaires sont tous locaux et / ou respectueux de l’environnement. La sauce au curry est préparée avec des ingrédients provenant du comté de Hualien, de l’huile de piment provenant d’une boutique vieille de 70 ans et des champignons séchés cultivés selon des méthodes sans déchets. Et, bien sûr, il y a des bols, de la vaisselle, des vapeurs et autres articles de cuisine qui tournent autour du riz.

Yehjinfa Rice Mill

Adresse : No. 296, Sec. 1, Dihua St., Datong Dist., Taipei City

Le riz est également l’ingrédient principal de URS329, situé à l’extrémité nord de la rue Dihua. Ce restaurant sert une sélection de plats culturellement représentatifs qui complètent le riz et qui moulent ses grains en interne avec une machine spéciale.

«Tout comme le café fraîchement moulu, le riz fraîchement moulu est le plus parfumé», explique le propriétaire Soren Yeh.

Yeh essaie également de se procurer la plupart des ingrédients directement dans la région environnante. Un repas chez URS329 est une excellente façon de conclure une journée d’exploration avec des soupes de calmar et d’escargot à l’ail, et des boulettes de viande de porc et de poulet ou un filet de maquereau à la vapeur.

URS329

Adresse : No. 329, Sec. 1, Dihua St., Datong Dist., Taipei City

Ce n’est que la pointe de l’iceberg de ce que la rue Dihua et Dadaocheng ont à offrir – nous n’avons même pas mentionné le célèbre temple de la ville de Xiahai construit dans les années 1850 pour prier pour la chance en amour, ou la nouvelle école de cuisine 101 de Taiwan. Avec l’ouverture de nouvelles entreprises dans cette zone, la rue Dihua est sans aucun doute un lieu qui mérite un détour si vous en avez le temps.

Texte : Han Cheung
Photos : Nick Chiu

Précédent
© Copyright Taipei Tourism Office